Manon

 



SPHERES
UTOPIES & HARMONIES
PREMIER CERCLE [détails]


CALME CALME je suis : CALME soleil roux sur ma peau / douceur / canicule / humidité atmosphérique quasi nulle / fournaise / soul de chaleur / glandes boursouflées / torse en sueur / silence souple de viande veule aveuglée par soleil-soleil. CALME je suis : CALME petit putois mort en sourdine tétant jus de vie aux morsures comme : insecte en pâture. CALME CALME je suis : CALME j'ai la sagesse du buf qu'on mène à l'abattoir car je sais que : la pensée la plus violente c'est ainsi la pensée la plus violente est : incapable nomdedieudenomdedieudemerde incapable la pensée de : remuer un caillou. Je nage dans : l'air je nage comme dans : le placenta de maman. Je me délasse : au milieu du soleil et du bout des doigts je touche du bout des doigts : les ténèbres. CALME je suis : CALME mon corps en moi se dissout comme : du sucre dans : le café et fond dans : lllllll fond : dans la marmite cosmique. Le soleil accoste : les nuages et les écartèle lentement. L'air est : mouvant on s'y enfonce comme dans : du beurre. Les grands sapins mugissent là-bas dans : le lointain. Les herbes se dandinent et ont : des gestes explicites de : vieillesmaquerelles. CALME CALME je suis : CALME j'ai les synapses éminemment souples et plastiques. Je sais : ce qui fut et : ce qui sera et : ce qui serait je l'ai pris sous : mon bras. Ainsisoitil. Je connais le secret relativiste de la vitesse : <L (V, W) = (V + W)/(1 + V.W)1> et je veille et mange l'ombre avec : les yeux. J'adhère au monde dans : la JOIE et je veux que tu jouisses : en moi comme je jouis : en toi car j'ai de l'amour c'est ainsi à revendre de l'amour ENORME et MULTIPLE à revendre de l'amour à en crever. Un frisson angoissé parcourt la cime des arbres. Les nuages aboient <OUAH OUAH OUAH> aboient les nuages aboient et boivent : le miel lacté du ciel tandis qu'un silence musclé cogne cogne : les tympans / le nez / les lèvres flasques / cogne : le ciel complètement vide comme : une grande baignoire. Nous nous déplaçons dans : un espace hyperbolique à courbure négative et il en résulte qu'un peu de nos salives mêlées suffit c'est ainsi suffit à : justifier le monde. Il arrive aussi qu'une commune diarrhée ou une nausée partagée puisse créer : une sorte de sympathie entre nous. Mais cela nous en reparlerons. Il n'y a pas de sens pas de sens ni : nécessité ni : cohérence au monde c'est ainsi tout est : hasard et hasard et chaos nomdedieudenomdedieudemerde pas de sens ni : temps tragique ni : éternité rêvée juste l'écoulement : petit chiot fou. Nos lignes de temps sont : DISTINCTES les unes des autres et jamais non jamais nous ne nous rencontrons vraiment. Pourtant nous avons pourtant : la possibilité bien sûr la possibilité de bander n'est-ce pas ?

1 Loi dite de transformation de Lorentz, où V.W correspond au produit scalaire usuel de deux vecteurs.

 

Christophe Manon ,